Skip links

Comment reprendre une PME ?

La reprise d’entreprise n’est pas une mince affaire. C’est un projet important et complexe qui s’inscrit dans le durée. En effet, une reprise dure en moyenne entre 12 et 18 mois. On trouve de plus en plus d’opportunités de reprise et c’est une tendance qui va s’affirmer dans les années à venir. Pour vous accompagner dans ce projet, Terre d’entrepreneurs vous propose cet article sur les différentes étapes pour reprendre une PME. 

 

 

Préparation du projet 

Pour réussir sa reprise d’entreprise, il est essentiel d’anticiper et de bien la préparer. Pour cela, vous devez définir le profil type de l’entreprise à reprendre. Listez vos critères de choix : la zone géographique, le secteur d’activité, la taille de l’entreprise et le type d’entreprise. 

Vous pouvez aussi profiter de cette période pour suivre une formation ou partir à la recherche d’organismes pour vous accompagner et vous conseiller.

 

Recherche des opportunités de reprise

Il n’est pas toujours évident de trouver des PME à racheter. En effet, les chefs d’entreprises qui y songent se font souvent discrets pour éviter d’impacter la société. Mais des solutions existent ! La meilleure d’entre elles consiste déjà à activer vos réseaux : professionnels, amicaux et familiaux. Rien de tel que le bouche-à-oreille pour trouver la perle rare. Sachez qu’il existe aussi des experts spécialisés dans le domaine du rachat d’entreprises. 

 

Analyse des entreprises visées

Vous avez trouvé des PME dans votre cible ? Bonne nouvelle ! Afin de juger de la viabilité du projet, vous allez maintenant vous lancer dans un diagnostic des entreprises pré-sélectionnées. Vous devez vous entretenir avec les entrepreneurs cédants. Il est important de savoir pourquoi ils souhaitent céder leur entreprise. A ce stade, vous devez récolter un maximum d’informations sur les entreprises ciblées : leurs points forts, leurs difficultés, la clientèle, la répartition du chiffre d’affaires, le personnel,…

 

 

Audit d’acquisition

Une fois le diagnostic réalisé, et s’il correspond à vos attentes, vous allez entrer dans la prochaine étape qui est l’audit d’acquisition. Cette étape est importante pour vous en temps que repreneur puisqu’elle va permettre d’obtenir une valorisation de l’entreprise ciblée. Il est conseillé de la déléguer à un cabinet d’audit, en particulier pour les gros projets. C’est grâce à celle-ci que vous pourrez négocier les termes de la reprise. 

L’audit d’acquisition a plusieurs but : détecter les risques liés à la reprise, d’obtenir l’avis d’un tiers de confiance ou encore d’examiner les données comptables et financières de l’entreprise. Il vous permettra ainsi de savoir si le coût de cession n’est pas surévalué. C’est cet audit qui va décider le repreneur à poursuivre ou non les négociations avec le cédant. 

 

 

 

Plan de reprise

A ce stade, vous êtes désormais bien engagés dans votre démarche de reprise. Vous entrez dans l’étape des dossiers. Votre plan de reprise va inclure différents sujets. Le premier sera le montage juridique. Une reprise peut s’effectuer de plusieurs manières : acquisition de titres, rachat progressif des titres, création d’une holding, création d’une entreprise et acquisition du fonds de commerce, filialisation de l’entreprise,… L’option choisie aura des conséquence sur la transaction. Vous devrez présenter le montage choisi puis donner des précisions sur l’opération. Celles-ci incluent notamment les modalités de rachat, les dettes éventuelles de l’entreprise, les garanties sur les actifs. 

Dans un deuxième temps, vous allez travailler sur le plan opérationnel et la stratégie de reprise. Ce plan a pour but de dresser un état des lieux de la société : produits et services vendus, organisation du personnel, production, achats, dépenses,… Et de développer la stratégie à mettre en place. Votre business plan est là pour assurer la viabilité de votre projet. N’oubliez pas que sans business plan, pas de financement ! 

 

Financement

En fonction de la taille de votre projet et de votre situation, plusieurs sources de financements peuvent être combinées. Vous allez donc travailler à un montage financier qui détaillera la part d’apports en capital et en compte courant d’associées, l’entrée éventuelle d’investisseurs, d’emprunts bancaires ou encore d’aides et de subventions. Le montant total du financement doit couvrir le coût total d’acquisition, le besoin nécessaire au bon déroulement du plan de reprise ainsi qu’une marge de sécurité pour pouvoir faire face aux imprévus. 

Dans la partie financière, vous devez également prévoir un prévisionnel lié au plan de reprise. Celui-ci va reprendre les données du dernier arrêté comptable et traduire financièrement votre projet de reprise sur 3 ans. Au minimum, vous aurez besoin d’établir un bilan, un compte de résultat prévisionnel, un plan de financement et un tableau de trésorerie mensuel. L’idéal est de vous faire accompagner par un expert-comptable. 

 

 

 

Négociation et protocole d’accord

Les négociations ont généralement lieu avant et pendant l’élaboration du plan de reprise. Au cours de cette étape, il est essentiel de ne pas se précipiter, de fixer ses critères et de prendre conseil auprès d’un avocat et d’un expert-comptable. Lorsque les deux parties ont trouvé satisfaction dans les négociations, un protocole d’accord sera rédigé. C’est un acte juridique essentiel qui formalise l’accord entre l’acquéreur et le cédant en reprenant les termes importants de la négociation. Il engage les deux parties à aller au terme du processus de reprise. S’en suit alors la vente à proprement parlé. 

 

Le rachat d’une entreprise est un projet important qui comprend un certain nombre d’étapes essentielles. Une fois la reprise actée, une période de transition est à prévoir. Vous avez un projet de reprise ? Contactez Terre d’entrepreneurs pour vous faire accompagner dans les meilleures conditions. 

Vous avez repris une entreprise et souhaitez la développer ? Retrouvez notre webinaire sur le développement et le recrutement ici.

Laisser un commentaire

Nom*

Website

Commentaire